Gestation pour autrui (GPA)

GPA: Gestation pour autrui

Introduction à la gestation pour autrui en Suisse

Définition et contexte juridique

La gestation pour autrui (GPA) est une pratique dans laquelle une femme porte et donne naissance à un enfant pour le compte d’un couple ou d’une personne qui sera parent de l’enfant. En Suisse, la GPA est actuellement interdite par la loi. Le Code civil suisse stipule que la mère qui accouche est considérée comme la mère légale de l’enfant, et la reconnaissance des enfants nés par GPA est complexe et soumise à des conditions strictes. Cette interdiction est basée sur des principes éthiques et juridiques qui visent à protéger les droits des enfants et à prévenir l’exploitation des femmes.

Tendances et débats

Malgré son interdiction, la GPA suscite des débats et des controverses en Suisse. Certains groupes plaident en faveur de la légalisation de la GPA, arguant que cela permettrait de répondre aux besoins des couples infertiles et des personnes LGBTQ+ désireuses de devenir parents. D’autres s’opposent fermement à la GPA, mettant en avant des préoccupations éthiques, médicales et juridiques, notamment le risque d’exploitation des femmes porteuses et la commercialisation du corps humain. Cette question soulève des dilemmes complexes et souligne la nécessité d’un débat approfondi et éclairé sur le sujet.

Aspects médicaux et éthiques

Sur le plan médical, la GPA soulève des questions concernant la santé et le bien-être des femmes porteuses ainsi que des enfants nés par ce moyen. Les risques médicaux associés à la grossesse et à l’accouchement doivent être pris en compte, tout comme les implications psychologiques pour toutes les parties impliquées. Sur le plan éthique, la GPA soulève des questions fondamentales sur la dignité humaine, l’autonomie des femmes et les droits des enfants à connaître leurs origines biologiques. Ces aspects doivent être pris en compte dans toute discussion sur la GPA en Suisse.

Perspectives d’avenir

L’avenir de la gestation pour autrui en Suisse reste incertain. Alors que certains pays ont légalisé et réglementé la GPA, d’autres maintiennent des interdictions strictes ou des restrictions sévères. En Suisse, le débat sur la GPA continue d’évoluer, avec des appels à une réforme législative pour mieux encadrer la pratique. Il est probable que ce débat se poursuivra dans les années à venir, avec des implications importantes pour les politiques de santé, les droits reproductifs et les valeurs sociétales suisses.

Cadre légal de la GPA en Suisse

Conditions et restrictions

En Suisse, la gestation pour autrui (GPA) est strictement interdite par la loi. Le Code civil suisse indique que la femme qui accouche est automatiquement considérée comme la mère légale de l’enfant, rendant la reconnaissance des enfants nés par GPA complexe et sujette à des conditions strictes. Les couples suisses qui ont recours à la GPA à l’étranger peuvent rencontrer des obstacles juridiques lorsqu’ils cherchent à faire reconnaître le lien de filiation avec leur enfant en Suisse. Cette situation entraîne souvent des situations délicates et des confrontations juridiques pour les familles concernées.

Problématiques de reconnaissance de la filiation

La reconnaissance en Suisse du lien de filiation avec un enfant né par GPA à l’étranger soulève des défis juridiques importants. La jurisprudence récente du Tribunal Fédéral suisse a abordé cette question, mais des incertitudes subsistent quant à la manière dont les tribunaux suisses traitent les cas de GPA internationale. En l’absence de législation spécifique sur la GPA, les décisions des tribunaux suisses peuvent varier d’un cas à l’autre, créant une incertitude juridique pour les couples ayant recours à la GPA à l’étranger. Cette incertitude souligne l’urgence d’une réforme législative pour clarifier la situation des enfants nés par GPA à l’étranger.

Contexte international et traités

Sur le plan international, la Suisse n’a pas signé de traités spécifiques régissant la GPA. Cependant, elle est liée par des principes fondamentaux protégeant les droits de l’enfant, tels que ceux énoncés dans la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. La jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a également joué un rôle dans la protection des droits de l’enfant, notamment en ce qui concerne la reconnaissance de la filiation dans les cas de GPA. Ces principes et jurisprudences internationaux soulignent l’importance d’une approche cohérente et respectueuse des droits de l’enfant dans les décisions concernant la GPA en Suisse.

Considérations pour l’avenir

L’avenir de la GPA en Suisse reste incertain, avec des débats persistants sur la nécessité d’une réforme législative pour mieux encadrer la pratique. Les principes fondamentaux protégeant les droits de l’enfant et la jurisprudence de la CEDH continueront de jouer un rôle central dans les discussions sur la GPA. Il est essentiel pour la Suisse de trouver un équilibre entre la protection des droits de l’enfant, les libertés individuelles et les valeurs sociétales en évolution lorsqu’elle aborde les questions juridiques entourant la gestation pour autrui.

Procédure d’établissement de la filiation d’un enfant né par GPA

Options légales pour l’établissement de la filiation

En Suisse, où la gestation pour autrui (GPA) est interdite, les parents d’intention ont recours à diverses procédures pour établir leur lien de filiation avec l’enfant. L’une de ces options est l’adoption, un processus juridique complexe qui peut être utilisé pour officialiser la filiation des parents d’intention avec l’enfant né par GPA. Cependant, ce processus peut être long et coûteux, nécessitant souvent l’assistance d’avocats spécialisés. Les parents d’intention doivent également se familiariser avec d’autres alternatives juridiques telles que la reconnaissance de filiation par voie judiciaire, qui peut offrir une voie moins complexe mais également moins définitive pour établir leur lien avec l’enfant.

Défis liés au lien de filiation avec la mère porteuse

Les parents d’intention doivent également faire face à des défis découlant du lien de filiation entre la mère porteuse et l’enfant. Ces défis peuvent inclure des litiges potentiels concernant les droits et responsabilités parentaux, ainsi que des considérations émotionnelles complexes pour toutes les parties impliquées. Naviguer dans ces questions exige une approche délicate et un soutien juridique adéquat. De plus, les parents d’intention doivent prendre en compte les préoccupations éthiques et sociales qui entourent la relation entre l’enfant et sa mère porteuse, ce qui peut ajouter une dimension supplémentaire de complexité à la procédure d’établissement de la filiation.

Processus applicable en Suisse

En Suisse, le processus d’établissement de la filiation pour les enfants nés par GPA peut varier en fonction des circonstances individuelles de chaque cas. Les parents d’intention peuvent être tenus de présenter des preuves documentaires et de comparaître devant les tribunaux pour faire valoir leur demande de reconnaissance de filiation. Ce processus peut être chronophage et nécessiter une planification minutieuse. En outre, les parents d’intention doivent être conscients des délais et des exigences spécifiques de chaque tribunal compétent, ce qui peut influencer la durée totale de la procédure.

Considérations financières et temporelles

Outre les aspects juridiques, les parents d’intention doivent également prendre en compte les implications financières et temporelles de la procédure d’établissement de la filiation. Les coûts associés aux honoraires d’avocats, aux frais de justice et aux éventuels frais médicaux peuvent être significatifs, et le processus lui-même peut prendre des mois, voire des années, pour être résolu. Une gestion prudente des ressources financières et une patience sont essentielles pour traverser cette étape avec succès. Il est également important de considérer les conséquences potentielles sur la santé mentale et émotionnelle des parents d’intention, ainsi que sur celles de l’enfant, tout au long de ce processus délicat.

Perspectives juridiques de la GPA en Suisse

Lacunes dans le cadre juridique suisse

La Suisse est confrontée à diverses lacunes dans son cadre juridique en ce qui concerne la gestation pour autrui (GPA). Le manque de réglementation claire et spécifique sur ce sujet crée une incertitude juridique pour les parties concernées, y compris les parents d’intention, les mères porteuses et les enfants nés par GPA. Cette lacune dans la législation suisse entrave la protection des droits et des intérêts de toutes les parties impliquées et soulève des questions quant à l’équité et à la justice dans le traitement de ces questions sensibles. Il est impératif pour la législation suisse de s’adapter aux réalités émergentes de la GPA, en garantissant une protection adéquate des droits de toutes les parties impliquées tout en tenant compte des normes éthiques et des considérations sociales.

Besoin de clarté et d’harmonisation

Il est impératif pour la Suisse de combler ces lacunes juridiques et d’établir un cadre réglementaire clair et cohérent pour la GPA. Cela nécessite une action législative pour clarifier les droits et les responsabilités des parents d’intention, des mères porteuses et des enfants nés par GPA. De plus, il est nécessaire d’harmoniser la législation suisse avec les normes internationales en matière de GPA, afin de faciliter la reconnaissance et l’exécution des décisions et des accords transfrontaliers. Une approche cohérente et coordonnée au niveau national et international est essentielle pour assurer une protection adéquate des droits des personnes impliquées dans la GPA et pour promouvoir des pratiques éthiques et équitables dans ce domaine.

Mécanismes de réforme potentiels

Pour remédier à ces lacunes juridiques, plusieurs mécanismes de réforme pourraient être envisagés en Suisse. Cela pourrait inclure la création d’une législation spécifique régissant la GPA, élaborée en concertation avec les parties prenantes concernées et en tenant compte des principes fondamentaux de protection des droits de l’homme et de l’intérêt supérieur de l’enfant. De plus, des mécanismes de supervision et de contrôle doivent être mis en place pour garantir le respect des droits et la protection des parties impliquées dans les arrangements de GPA.

Importance de la collaboration internationale

Enfin, il est crucial pour la Suisse de s’engager dans une coopération internationale pour aborder les questions juridiques complexes liées à la GPA. Cela pourrait inclure la participation à des initiatives régionales ou mondiales visant à élaborer des normes et des lignes directrices communes en matière de GPA, ainsi que la ratification des traités internationaux pertinents pour faciliter la reconnaissance mutuelle des décisions et des accords relatifs à la GPA. Une telle collaboration renforcerait la protection des droits des personnes impliquées dans la GPA et contribuerait à garantir une approche plus cohérente et équitable de cette pratique controversée.

Une première consultation

de 60 min à CHF 220.-

Faites le point de votre situation avec un avocat spécialisé.

Vous souhaitez uniquement un rendez-vous sans votre concubin ?
Vous n’êtes pas sûr de souhaiter vous séparer ?
Vous avez des questions à poser ?
Votre situation n’est pas claire ?
Vous hésitez entre une séparation et un divorce ?


Optez pour une première consultation avec un avocat.

Vous déciderez ensuite si vous souhaitez poursuivre les démarches et nos avocats vous donneront le coût de votre divorce / séparation / dissolution en fonction de votre cas. Rendez-vous possible en personne ou par visioconférence.

Nos avocats

Me Sara Perez

Me Pauline Schott

Prenez RDV dès maintenant

en appelant notre secrétariat ou en remplissant le formulaire ci-dessous. Rendez-vous possible en personne ou par visioconférence.  

+41 21 577 66 19